Bien-être au travail : peut-on mesurer le confort des collaborateurs ?

Bien-être au travail : peut-on mesurer le confort des collaborateurs ?

Google+ LinkedIn Email
Qu’est-ce qu’un environnement de travail confortable ? Analyser la température, la ventilation, l’éclairage… est une première étape incontournable. Mais ces paramètres ne sont pas suffisants pour évaluer le confort effectivement ressenti et le bien-être au travail des collaborateurs.

Les bâtiments ne sont pas des coquilles vides. Ce sont des espaces faits pour être occupés et habités. Dès lors, s’assurer du confort de l’environnement de travail est une préoccupation cruciale, qui reste pourtant mal appréhendée. Pour aider à la conception de locaux confortables, des simulations peuvent être réalisées. L’objectif : mesurer le confort, et s’approcher au mieux du ressenti des utilisateurs. Mais paramètres et indicateurs objectifs ne sont pas les seuls facteurs à intégrer.

Caractériser les paramètres d’ambiance intérieure

Pour définir et prévoir le confort, de nombreux paramètres sont utilisés : la température et le taux d’humidité pour le confort thermique, ou encore l’autonomie de lumière jour et l’indice de rendu des couleurs en confort visuel. En phase conception, ces paramètres peuvent être simulés à partir des caractéristiques du bâtiment, des revêtements ou encore d’hypothèses sur l’occupation.

Confort simulé versus confort mesuré

Toutefois, la mesure de ces mêmes paramètres dans le bâtiment occupé fournit des résultats parfois fort différents des indicateurs simulés. Comment expliquer cet écart ? Tout d’abord, les matériaux et composants peuvent avoir été mis en œuvre de manière non conformes à ce qui était prévu (exemple : discontinuité dans la pose des isolants acoustiques). Ensuite, l’immeuble peut être utilisé et occupé de manière différente des hypothèses de la simulation.

Confort mesuré versus confort ressenti

Ces mesures objectives du confort de l’environnement de travail ne suffisent cependant pas à prédire le ressenti des collaborateurs. Parmi les facteurs subjectifs qui peuvent également entrer en compte, on peut citer : l’interaction entre les différents paramètres de confort (lumière, couleur, éclairage, par exemple), la variabilité des métabolismes corporels d’un individu à l’autre ou encore la qualité des relations entre les collègues. Ainsi, on accepte beaucoup mieux le bruit fait par nos collègues si on les apprécie !

Comment réduire l’écart ?

Pour réduire l’écart entre confort mesuré et confort ressenti dans un environnement de travail, il est possible de mettre des actions en place. Une première piste consiste à mieux prendre en compte les usages dans la conception des espaces. Une seconde consiste à fournir aux collaborateurs la possibilité de contrôler leur environnement. Augmenter de quelques degrés la température de leur bureau, avoir un éclairage d’appoint ou ouvrir la fenêtre leur permet d’ajuster les paramètres de confort à leurs activités et leur métabolisme. Plus globalement, plusieurs études montrent que le simple fait de savoir que l’on peut agir sur ces paramètres de confort augmente déjà le niveau de satisfaction !

Pour aller plus loin :
http://www.oqai.fr/userdata/documents/460_Bulletin8_QAI_Confort_Bureaux.pdf (tableau insatisfaction sur le confort perçu)

Fond CTA Service

Où en êtes-vous ?

Avec OsmoZ Mon Profil de Certivéa, réalisez gratuitement, en cinq minutes, un auto-diagnostic simplifié de votre démarche sur la qualité de vos cadres de vie au travail et identifiez vos premières pistes d’amélioration.

Découvrir OsmoZ Mon Profil
Découvrir également
Equilibre vie privée - vie professionnelle : organiser la déconnexion

Equilibre vie privée – vie professionnelle : organiser la déconnexion

Hyperconnectés qui jamais n’éteignez votre smartphone, trouvez l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée pour accroître votre performance …
Immobilier d'entreprise : vers une approche servicielle des bâtiments

Immobilier d’entreprise : vers une approche servicielle des bâtiments

Appréhender les aménagements des espaces de travail sous l’angle des services permet de mieux répondre aux besoins des entreprises. …
Comment mesurer la valeur créée par l’environnement de travail ?

Comment mesurer la valeur créée par l’environnement de travail ?

Innover ou disparaître. Tel est le nouveau mot d’ordre des organisations face à une concurrence internationale exacerbée et l’accélération des…
load