Lieux flexibles = temps de travail flexibles ?

Lieux flexibles = temps de travail flexibles ?

Google+ LinkedIn Email

Flex office et tiers lieux sont au cœur des nouveaux projets immobiliers. Décrits comme plus flexibles, ouverts et collaboratifs, ces lieux impliquent cependant un rapport différent au temps de travail. Quels sont les enjeux de ces nouveaux environnements de travail ? Dans quelle mesure contribuent-ils à la qualité de vie au travail des collaborateurs ?

Apparu à la fin des années 90, le flex office gagne aujourd’hui tous les secteurs d’activités. Bouygues Télecom, Sanofi, Axa, Accenture, Société Générale, Icade, Danone, ou encore PSA…, nombreuses sont les entreprises à y être passées. Si le flex office ne représente aujourd’hui que 6 % des modes de travail, il est en forte progression.


Le flex office pour libérer l’espace 

 

En flex office, plus de poste de travail attitré. Les collaborateurs sont invités à choisir parmi une diversité de postures et d’espaces de travail selon les activités qu’ils réalisent. L’objectif : accroitre la collaboration, varier les échanges et favoriser la créativité. Pour certains, la tentation est également grande d’en profiter pour optimiser les surfaces immobilières. Avec des taux d’occupation effectifs moyens des postes de travail entre 50 et 70 % selon JLL, l’argument est alléchant.

 

Cependant, le passage en flex office n’est pas uniquement une évolution de l’espace de travail. C’est une véritable révolution culturelle et managériale. Ainsi, Lou Marzloff, chargée de projet chez BETC qui fut en charge de l’aménagement du nouveau siège de l’entreprise indique : « La mise en place du flex office nécessite un accompagnement des équipes pour en expliquer les bénéfices individuels et collectifs, du middle management pour prévoir plus de temps dédié à l’équipe, et des nouveaux arrivants pour leur expliquer les règles.» Mehdi Lazrak, responsable innovation Immobilier à la Société Générale préfère ainsi parler de « flex work » plutôt que de « flex office ».

 

La contrepartie : libérer les temps de travail

 

Qu’en pensent les collaborateurs ? Déshumanisation de l’espace de travail, perte du sentiment d’appartenance, … les craintes sont nombreuses. Selon la dernière enquête de l’Observatoire Actineo, les salariés les plus satisfaits de leur qualité de vie au travail sont ceux en bureau individuel fermé. Pour autant, selon cette même étude, près de 4 salariés sur 10 seraient ouverts à travailler en flex office. Le flex office est perçu comme une demande de plus de flexibilité de la part de l’employeur. Les collaborateurs peuvent être partants à la condition d’y trouver une contrepartie. Selon Alain d’Iribarne, sociologue du travail, « les collaborateurs acceptent de suivre à la condition qu’on leur laisse plus de liberté pour l’aménagement de leur temps de travail. » A ce titre, la réflexion sur la flexibilité du lieu de travail ne peut se disjoindre d’une réflexion sur la flexibilité du temps de travail.

Découvrir également

New Ways of Working, nouvelle approche de l’environnement de travail

L’environnement de travail connait une nouvelle démarche : le NWoW - New Ways of Working…

Team building : resserrer les liens pour retenir et motiver les collaborateurs

Le team building vise une meilleure cohésion des équipes. Il s’inscrit ainsi dans le volet Communication et lien social de la démarche OsmoZ.…

Favoriser les échanges et les collaborations grâce à l’aménagement des espaces

Service B00 de la MAIF…
load

Mardi 18 septembre 2018 de 11h à 12h

Découverte de la démarche et du label OsmoZ pour améliorer la qualité de vie des collaborateurs et contribuer à la performance des entreprises.

Démarche, enjeux, leviers d'actions, services et bénéfices du label.

Je m'inscris
Event
Je m'inscris