Rester sain de corps et d’esprit en télétravail : le point de vue d’Anne-Charlotte Vuccino, fondatrice de YOGIST- Well At Work

Google+ LinkedIn Email
Covid, confinement et télétravail obligent, nous passons notre journée assis – et mal assis ! devant un écran ?! Notre seul bouclier, bouger !

 

Les nouvelles technologies contribuent à une transformation radicale du monde dans lequel nous vivons. Sans toujours en avoir conscience, nous ressentons déjà l’impact de la digitalisation du monde sur notre corps, notre cerveau et notre hygiène de vie en général. Le confinement et le télétravail nous font de nous des sédentaires malgré nous et aggravent ces impacts sur notre santé. Avoir mal aux yeux à force de fixer les écrans, mal au cou – le tech neck ou cervicalgie chronique qui se déclenche à force de casser sa nuque vers le bas pour regarder son Smartphone –, mal au dos (80 % des Français en souffrent ou en souffriront) de bas en haut, avec lombalgies et sciatiques qui se multiplient, mal au poignet avec la tendinite de la souris…. Sans parler des insomnies – notre cerveau n’ayant pas le temps de déconnecter –, de l’hypertension artérielle liée au stress, au manque d’activité physique et à une mauvaise alimentation, etc. Ces tensions et maladies prennent une ampleur sans précédent et sont la prochaine épidémie. Le coût pour les entreprises et pour la société se chiffre déjà en milliards d’euros. Ces douleurs diffuses et continues nous gâchent la vie et, paradoxalement, nous n’y prêtons même plus attention, comme si nous les avions intégrées à notre quotidien.


Le problème ? Notre corps et notre cerveau ne sont pas faits pour rester assis huit heures par jour (voire plus en télétravail !) devant un écran ou sur son canapé. Nous ne bougeons plus assez, nous ne marchons plus pour nous rendre au bureau, nous ne montons plus les escaliers, nous n’utilisons plus nos jambes pour aller d’un point A à un point B. Notre activité est désormais essentiellement concentrée sur le travail cérébral, et nous laissons notre corps au vestiaire de 9 heures à 18 heures.


La clé : bouger ! Faire régulièrement – au minimum toutes les deux heures – une pause physique et/ou cérébrale. Respirer pour oxygéner le cerveau et étirer les muscles du corps qui supportent la mauvaise position de notre colonne vertébrale et subissent la posture assise prolongée.

 

Voici un exercice simple à tester :

 

Le chat et la vache : l’exercice magique pour dévoûter le dos et mieux respirer

 

1 – Asseyez-vous à l’avant de votre chaise,  le dos bien droit, les pieds au sol et posez vos mains sur vos genoux.

 

2 – En inspirant lentement par le nez, tirez vos genoux vers vous, creusez le haut du dos et avancez le buste vers le haut et vers l’avant ; essayez de coller les omoplates l’une contre l’autre dans le dos, roulez les épaules en arrière et regardez vers le plafond.

 

3 – Sur l’expiration, poussez vos mains contre vos genoux pour arrondir tout le haut du dos à partir de la taille. Rentrez le menton vers la poitrine et regardez votre nombril.

 

4 – Alternez ces deux mouvements de flexion arrière et de flexion avant du dos 5 fois, en respirant par le nez très profondément.

 

5 – A la fin de l’exercice, sentez l’effet dans votre dos, vos épaules et toute la colonne

 

Crédits photo : Anthony Voisin

 

Dans la période exceptionnelle que nous traversons, Yogist propose de tester gratuitement chaque jour un exercice de 2 minutes pour le dos, les yeux, les jambes, à faire à son poste de travail ! Pour tester : yogist.io

Découvrir également

Face à des défis inédits en matière de QVT, le label OsmoZ propose une feuille de route innovante

La pandémie exceptionnelle de COVID-19 nous conduit à requestionner en profondeur nos environnements et nos modes d’organisation du travail…

Quelles actions les entreprises ont-elles engagé pour améliorer leurs cadres de travail ?

L’analyse annuelle des réponses données dans l’outil d’évaluation OsmoZ Mon profil permet de donner des premiers éléments de réponses…

COVID-19 : Comment mieux se préparer et se réorganiser pour être moins vulnérable à l’avenir ? OsmoZ, un cadre d’actions pour la reprise

Cette crise nous rappelle notamment la fonction primaire de refuge que représente un bâti, dont on attend qu’il soit accueillant et protecteur. …
load

Semaine de la QVT du 14 au 18 juin 2021

Cette crise sanitaire génère de nouveaux défis pour les entreprises. Certivéa présente des retours d’expérience avec OsmoZ, un label collaboratif, contextualisé et adapté aux enjeux de la QVT.

En savoir plus
Semaine de la QVT du 14 au 18 juin 2021
En savoir plus