Lieux flexibles = temps de travail flexibles ?

Flex office : Où en est-on ?

Google+ LinkedIn Email
Dans sa définition la plus sommaire, le flex office correspond à un agencement de l’espace sans poste de travail attribué. Encore minoritaire, le flex office progresse rapidement. Selon le dernier baromètre Actineo, il concerne aujourd’hui 14% des actifs travaillant dans un bureau contre 6% en 2017. Ce chiffre devrait continuer à croitre puisque selon l’ARSEG, 58% des directeurs de l’environnement de travail ont opté en 2018 pour des projets de transformation de l’espace sans poste de travail attribué.

 

Côté entreprises, l’attrait est multiple : améliorer le taux d’occupation de ses sites, réaliser des économies sur les charges immobilières, mieux gérer ses flux de salariés… Pour autant, si les premiers retours montrent effectivement que le flex permet effectivement de mutualiser les espaces, il ne se traduit pas nécessairement pas des économies de m² dans la mesure où il passe également par une plus grande diversité des espaces proposés aux collaborateurs (bulles de concentration, salles de créativité…).

 

Côté salariés, le bilan est plus mitigé. 50% des salariés se déclarent prêts à travailler sans poste de travail attribué, un chiffre en hausse mais avec une adhésion en demi-teinte. Par ailleurs, les actifs en flex office sont sensiblement plus insatisfaits de leurs conditions de travail que leurs collègues en espace ouvert traditionnel (22 % contre 13 % selon le dernier baromètre Actineo).

 

Sur l’analyse de projets concrets réalisés par des acteurs comme Colliers ou JLL, il apparaît que c’est la réflexion globale autour du flex office qui peut faire la différence en termes de satisfaction. Au-delà du poste non attribué, c’est l’adéquation de l’agencement et des activités réalisées tout au long de la journée ainsi que l’accompagnement managériale la transformation culturelle de l’entreprise, recouverts sous la dénomination NWOW (New Ways of Working) qui pourrait permettre de fédérer entreprises et collaborateurs, avec des taux de satisfaction plus importants.

 

Pour vous aider, le label OsmoZ développé par Certivéa, aborde justement ce sujet des nouveaux espaces de travail sous ses différentes facettes, notamment au travers des thèmes Conciliation des temps et des lieux, Diversité et gestion des espaces ou encore co-élaboration des aménagements.
Le label OsmoZ est une démarche transversale qui place la qualité des cadres de travail au cœur du bien-être des collaborateurs et de la performance collective des organisations.

Découvrir également

Quelles actions les entreprises ont-elles engagé pour améliorer leurs cadres de travail ?

L’analyse annuelle des réponses données dans l’outil d’évaluation OsmoZ Mon profil permet de donner des premiers éléments de réponses…

COVID-19 : Comment mieux se préparer et se réorganiser pour être moins vulnérable à l’avenir ? OsmoZ, un cadre d’actions pour la reprise

Cette crise nous rappelle notamment la fonction primaire de refuge que représente un bâti, dont on attend qu’il soit accueillant et protecteur. …

Rester sain de corps et d’esprit en télétravail : le point de vue d’Anne-Charlotte Vuccino

Covid, confinement et télétravail obligent, nous passons notre journée assis – et mal assis ! devant un écran ?! Notre seul bouclier, bouger ! …
load

Quelles actions les entreprises ont-elles engagé pour améliorer leurs cadres de travail ?

Qualité de Vie au Travail : éclairage, qualité de l’air intérieur, télétravail, flexibilité des espaces, sécurité, implication des collaborateurs…

L’analyse annuelle des réponses données dans l’outil d’évaluation OsmoZ Mon profil permet de donner des premiers éléments de réponses.
Mais avec la crise COVID-19, ces tendances vont sûrement changer. Rendez-vous dans un an pour analyser ces évolutions.

En savoir plus
Quelles actions les entreprises ont-elles engagé pour améliorer leurs cadres de travail ?
En savoir plus